Leon Dimanche | Et Les Lionceaux des Cayes

Go To Artist Page

Recommended if You Like
Ansy Derose Joel Theodore Lionel Benjamin

More Artists From
United States - United States

Other Genres You Will Love
Easy Listening: Love Songs Easy Listening: Ballads Moods: Solo Male Artist
There are no items in your wishlist.

Et Les Lionceaux des Cayes

by Leon Dimanche

Leon is crooning over beautiful and mellow ballads.
Genre: Easy Listening: Love Songs
Release Date: 

We'll ship when it's back in stock

Order now and we'll ship when it's back in stock, or enter your email below to be notified when it's back in stock.
Sign up for the CD Baby Newsletter
Your email address will not be sold for any reason.
Continue Shopping
just a few left.
order now!
Share to Google +1

Tracks

Available as MP3, MP3 320, and FLAC files.

To listen to tracks you will need to either update your browser to a recent version or update your Flash plugin.

Sorry, there has been a problem playing the clip.

  song title
share
time
download
1. Nostalgie
Share this song!
X
3:43 $0.99
2. Rien Que Toi
Share this song!
X
2:43 $0.99
3. Maman
Share this song!
X
4:47 $0.99
4. Bon Voyage
Share this song!
X
4:09 $0.99
5. Haiti
Share this song!
X
4:19 $0.99
6. Nelly
Share this song!
X
3:50 $0.99
7. Mon Inconnue
Share this song!
X
3:05 $0.99
8. Adieu
Share this song!
X
2:43 $0.99
9. Va-t-en
Share this song!
X
4:12 $0.99
10. Mwen Retounen
Share this song!
X
4:16 $0.99
preview all songs

ABOUT THIS ALBUM


Album Notes



Léon commençait à chanter très jeune. A 6 ans, il faisait déjà partie de la chorale de son école : Les Frères Oblats Du Sacré Cœur. Malgré son âge, la musique était son lot. Mais il ne s’y est adonné qu’à 13 ans, après que Raphaël, son frère ainé, l’eût entendu chanter, bien entendu comme une activité secondaire par rapport à ses études, en ce temps, prioritaires.

A 15 ans, devenu membre du groupe : Les Black Boys Des Cayes, il s’est produit avec lui, seulement pendant les vacances d’été, empêché par sa famille durant l’année scolaire. L’année suivante, toujours durant l’été, c’était de l’euphorie ; on l’a suivi sans cesse, dans Organ Combo, un groupe fraichement formé sous la direction de Pierrot Léger. Son soleil pointait déjà à l’horizon dans une apothéose de lumière. Malheureusement, ce groupe a été dissout deux ans plus tard, à a fin de ses études secondaires.

Mécontent à la pensée que L’Organ Combo, ne jouait que pour l’élite de la société cayenne, un puissant chef de la milice, tenta, mais en vain, de le détourner de la jeunesse, pour l’orienter vers le populo sous un faux prétexte d’éliminer les distinctions sociales. C’est ainsi, qu’à l’appui de son autorité, il le força à évoluer dans une boite de nuit où l’on ne côtoyait que des gens à moralité douteuse. Malgré la frustration des membres, le groupe céda à la force injonctive : attitude révoltante qui froissait la pudeur de ces musiciens, en majorité, mineurs. Cependant cela ne s’est produit qu’une fois. Au lendemain de la soirée, pour ne pas être pris dans un traquenard politique, Pierrot Léger décida de dissoudre ce groupe, transformé dès lors en Lionceaux des Cayes, exclusivement formé de jeunes, avec Léon Dimanche comme directeur dont l’âge, selon la loi, les empêcherait de fréquenter les boites de nuit. La ruse a réussi.

En un clin d’œil, le groupe : Les Lionceaux des Cayes, en vogue et en demande partout dans le sud, devint le favori de la ville.

Un soir de 1971, de passage aux Cayes, piqué de curiosité concernant la réputation de l’artiste qui s’affirmait chaque jour d’avantage, Marcel Mathieu défunt, directeur de la R. D. H "Radio diffusion haïtienne", l’une des meilleures de la capitale, décida de venir voir en personne Léon Dimanche dont on a fait, dit-il, un phénomène de la chanson.

Emu de sympathie pour cette voix si douce et si puissante, il obtint, de Léon, la permission d’enregistrer sur bande magnétique, certaines compositions telles que : Va-t’en, Nostalgie, Pourquoi la rose, etc, qu’il diffusa sur les ondes de sa station, à son retour à Port-au-Prince. En moins d’un mois, à la capitale, on entendait ces chansons sur toutes les lèvres contaminées par la tendresse et le lyrisme qui s’en dégagent.



Leon Dimanche


The baby of a family of 8, Leon grew up listening to the guitar playing and singing of big brothers, Robert and Gabriel. Too young to be involved in this kind of activity, he used to be kept away when family members and friends got together to have fun in the family’s house. First born brother Raphael did not want him around so he would not develop an early taste for this kind of events, worrying he might neglect his school works and also develop an addiction for alcohol. He and other brother Jean were able to benefit from the knowledge of Gabriel a poet and Raphael a judge who almost every day would talk for hours about literature, history among other things. Early on, he would start writing poetry himself, and since he was not allowed to play guitar, he would hide at a friend’s house (Oswald Genois) and teach himself to play. He was only 16 when he wrote one of his best hits “Va-t-en”. The lyric for this song was so deep that people from his town would say the song was written by Brother Gabriel the poet, and later by another of the town composer, Jean Ledans. In the years to come, a lot of our media’s writers would still wrongly give credit to Leon’s works to Jean Ledans, may be because Leon sang one of Jean Ledans’ song “ma vie, une vallee de douleurs” on one of his albums. One of them would write that Jean Ledans has written Leon Dimanche’s songs, when in fact Leon would release only one of Jean Ledans’ song mentioned above and another one “Pourquoi la rose “was released by Les Lionceaux Des Cayes.

Leon started singing at a very early age. At 6, he was already a member of his school choir (Freres Oblats Du Sacre Cœur), but he really started his solo career, only at 13, after his older brother Raphael heard him sing while showering. He joined the group « Les Black Boys des Cayes » at 15 during the summer, at end of school, since he was not allowed to play during the school year.

A year later, still during the summer, he was found playing with a new band “Organ Combo”, under the direction of Pierrot Leger. He was with that band for 2 years and right after finishing high school, the band was dismantled and a new one formed under his direction, when Organ Combo was forced to perform in “Adults environment not suited for these young musicians”, by a powerful Tonton Macoute, who was angry because he felt they were playing for a selected class of people. Pierrot Leger thought, by making a teenager the leader of the band, the man might leave them alone. It worked and he left him alone. Within a few months, the new group “Les Lionceaux Des Cayes” became the town’s favorite, and was being sought all over the south side of the country.

In 1971, Marcel Mathieu, Director of “Radio Diffusion Haitienne” one of the leading radio station of Port-Au-Prince, was passing by his town, heard of him, and came to one of his performance. He asked him if he could record some of his music to be aired on his radio. He agreed and he recorded “Va-t-en, Nostalgie, Pourqu’oi la rose”, and a few other songs, which within a month were on every body’s lips in the Capital.

Early in 1972, Leon received a signed contract from Mrs. Odette Winner of Bacoulou Night Club in Petion Ville to come and play for her on Saturdays. “Les Lionceaux”performed the first night in that magical ambiance of Petionville, the next day, a Sunday morning, Marcel Mathieu introduced Leon Dimanche And “les Lionceaux Des Cayes” to the youth of Port-Au-Prince in a live and covered event. It was an unbelievable day which‘s still on the mind of many. Within weeks, every single radio station of Port-Au-Prince was airing Leon’s music and offers to perform were coming from all over the Country.

Top of page

After releasing his first 2 albums in 1973, he was named the best singer, composer, and vocalist, and was presented by Pierre Edouard Domond, the director of one the Capital best Social Institution, a medal at a live event in Rex Theatre where he and his band performed every Saturday at 6 & 8 PM for the entire year to a sold out crowd.

He went on to play in every famous night club in the Capital, notably the Rond Point Restaurant, where he performed every Saturday night after leaving the Rex Theatre, and Cabane Creole on Sundays to an always impatient crowd who would show up sometimes hours before the event.

There are many famous moments in his career, but one he seems to remember clearly, was when he went to perform at morning concert in Cine Lido one Sunday morning, he got to the place at 9:30, when the show was supposed to start at 10:00, there were hundred of people wanting to get in, outside the theatre, when he finally made it to the gates, he was even more surprised, because there were no room for him to get in. The 2 aisles leading to the stage was crowded and there were at least 200 people on the stage alone. When they saw him, and since there was no room for him to make his way to the stage, the crowd lifted him up and passed him hands to hands all the way to the stage.

He Traveled to the US and Canada and played everywhere for the Haitian Community. He can’t even count the amount of awards he received over the years. He is now working with young talents and is still performing all over. This is of course a short version of his career. There are so many stories about him some he does not even know about, that could fill pages of paper, but surely you have heard some….

He recorded 20 albums both with the Lionceaux and Solo, the last one a Gospel CD which according to many is a work of art. He went on to perform in many famous theaters notably Place des arts in Montreal, BAM and Carnegie Hall in N. Y. etc. He is happy recording albums and writing songs for others, and he is determined with God’s blessing to stay around and keep playing for you all for many years to come.


Léon commençait à chanter très jeune. A 6 ans, il faisait déjà partie de la chorale de son école : Les Frères Oblats Du Sacré Cœur. Malgré son âge, la musique était son lot. Mais il ne s’y est adonné qu’à 13 ans, après que Raphaël, son frère ainé, l’eût entendu chanter, bien entendu comme une activité secondaire par rapport à ses études, en ce temps, prioritaires.

A 15 ans, devenu membre du groupe : Les Black Boys Des Cayes, il s’est produit avec lui, seulement pendant les vacances d’été, empêché par sa famille durant l’année scolaire. L’année suivante, toujours durant l’été, c’était de l’euphorie ; on l’a suivi sans cesse, dans Organ Combo, un groupe fraichement formé sous la direction de Pierrot Léger. Son soleil pointait déjà à l’horizon dans une apothéose de lumière. Malheureusement, ce groupe a été dissout deux ans plus tard, à a fin de ses études secondaires.

Mécontent à la pensée que L’Organ Combo, ne jouait que pour l’élite de la société cayenne, un puissant chef de la milice, tenta, mais en vain, de le détourner de la jeunesse, pour l’orienter vers le populo sous un faux prétexte d’éliminer les distinctions sociales. C’est ainsi, qu’à l’appui de son autorité, il le força à évoluer dans une boite de nuit où l’on ne côtoyait que des gens à moralité douteuse. Malgré la frustration des membres, le groupe céda à la force injonctive : attitude révoltante qui froissait la pudeur de ces musiciens, en majorité, mineurs. Cependant cela ne s’est produit qu’une fois. Au lendemain de la soirée, pour ne pas être pris dans un traquenard politique, Pierrot Léger décida de dissoudre ce groupe, transformé dès lors en Lionceaux des Cayes, exclusivement formé de jeunes, avec Léon Dimanche comme directeur dont l’âge, selon la loi, les empêcherait de fréquenter les boites de nuit. La ruse a réussi.

En un clin d’œil, le groupe : Les Lionceaux des Cayes, en vogue et en demande partout dans le sud, devint le favori de la ville.

Un soir de 1971, de passage aux Cayes, piqué de curiosité concernant la réputation de l’artiste qui s’affirmait chaque jour d’avantage, Marcel Mathieu défunt, directeur de la R. D. H "Radio diffusion haïtienne", l’une des meilleures de la capitale, décida de venir voir en personne Léon Dimanche dont on a fait, dit-il, un phénomène de la chanson.

Emu de sympathie pour cette voix si douce et si puissante, il obtint, de Léon, la permission d’enregistrer sur bande magnétique, certaines compositions telles que : Va-t’en, Nostalgie, Pourquoi la rose, etc, qu’il diffusa sur les ondes de sa station, à son retour à Port-au-Prince. En moins d’un mois, à la capitale, on entendait ces chansons sur toutes les lèvres contaminées par la tendresse et le lyrisme qui s’en dégagent.

Haut de la page

Ce qui lui a valu, au début de 1972, un contrat signé de madame Odette Winn, propriétaire de Bacoulou night club à Pétionville, l’invitant à animer les soirées de samedi, assisté de son groupe : Les Lionceaux. Après sa première séance dans une ambiance magique, pleine de charme et de gaité, on le conduisit avec son jazz, à versailles où Marcel Mathieu, le dimanche matin, les présenta à la jeunesse de Port-au-Prince, au cours d’un spectacle radiodiffusé. C’était un événement incroyable dont on garde toujours le précieux souvenir. En peu de temps, pour répondre aux demandes incessantes du public, toutes les stations de la capitale diffusaient les chansons de Léon ; et les offres de contrat affluaient des quatre coins du pays. C’est pourquoi, Léon Dimanche n’a jamais omis d’admettre que Marcel Mathieu est le vrai artisan de sa carrière musicale. Il en dit de même de Pierrot Léger.

Après la sortie de ses deux premiers albums, en 1973, à deux mois d’intervalle, Léon Dimanche est nommé le meilleur chanteur, compositeur et vocaliste, avec don d’une médaille de mérite présentée à lui, personnellement par Edouard Domond, directeur de l’une des meilleures institutions sociales de la capitale. Cela se produisit au cours d’un concert au Rex Théâtre où Léon et les Lionceaux jouaient à guichet fermé, chaque samedi pendant toute l’année.

On le voyait sur la scène de tous les fameux night club de Port-au-Prince, notamment, au Rond point restaurant, où on le retrouvait tous les samedis, après ses séances au Rex, à Cabane Créole, tous les dimanches, où un public impatient l’attendait avec fièvre et chaleur. Sa carrière d’artiste, remplie d’inoubliables moments, avec l’admiration qu’elle a toujours suscitée, contient les émotions d’un passionnant roman. En l’occurrence, il y a un fait survenu au Ciné Lido, qui mérite une attention particulière. Dimanche, à 9 heures 30 du matin, Léon s’y présenta pour son festival de 10 heures. Surpris de voir une fourmilière humaine s’efforcer d’accéder au théâtre, il restait longtemps perplexe, ne sachant que faire pour rejoindre les musiciens de son groupe. A l’observer au guichet, la salle était archicomble et les allées remplies de part et d’autre. Léon était encore là, cloué, sans moyen de se frayer un chemin dans ce flot d’auditeurs pour aller sur l’estrade. Près de deux cents fanatiques prenaient place aux deux cotés des instruments installés. Bref, les fanatiques, l’ayant reconnu à l’entrée, trouvaient la solution du problème par l’absurde. Ils décidaient de le faire passer de mains en mains au-dessus de leurs épaules jusqu’à la scène. Ce fait traduit sans ambages le degré d’admiration du public vis à vis de l’artiste.

Léon a beaucoup voyagé et n’a jamais cessé de produire pour les communautés haïtiennes en diaspora. Il a donné des spectacles sur plusieurs théâtres, tels que : BAM - Brooklyn Academy of Music -, Place Des Arts à Montréal, John Hancock Théâtre in Boston,Mass, Carnegie Hall in Ny, à n’en citer que ceux-là.

Il lui est impossible de déterminer le nombre de trophées qui lui ont été décernés au fil des ans. Il travaille actuellement au développement de jeunes talents haïtiens pour la continuité de notre musique. Ses spectacles donnés un peu partout ont toujours fourni à ses supporteurs en diaspora, l’impression, sinon le sentiment de se retrouver au pays natal, en chantant ses notes nostalgiques qui leur ont fait revivre tant de doux et meilleurs souvenirs.

Voilà une courte version de la carrière de cet artiste dont le nom vibre en carillon de cloches : Léon Dimanche la grande force de la chanson haïtienne. Il y a tant d’histoire à son sujet, qui pourraient remplir plusieurs pages et dont il ne sait pratiquement rien. En avez-vous entendu parler ? Peut-être !

Il a déjà produit vingt albums, quelques uns avec les Lionceaux, d’autres en solo ; un Gospel Vol 1 CD, est un travail d’art selon certains. Alors dans son studio, son coin de prédilection, il se plait à écrire et à enregistrer des chansons pour d’autres. Si Dieu le lui permet, il continuera à vous bercer de sa voix romantique et de ses chansons d’amour.


leondimanche.com/bio.html



Reviews


to write a review