Maurice Poto | Lumumba

Go To Artist Page

Recommended if You Like
Ghetto people

More Artists From
BELGIUM

Other Genres You Will Love
Hip-Hop/Rap: Political Rap World: World Fusion Moods: Type: Political
There are no items in your wishlist.

Lumumba

by Maurice Poto

A hip hop dub song dedicated to the Congolese hero Patrice Lumumba.
Genre: Hip-Hop/Rap: Political Rap
Release Date: 

We'll ship when it's back in stock

Order now and we'll ship when it's back in stock, or enter your email below to be notified when it's back in stock.
Sign up for the CD Baby Newsletter
Your email address will not be sold for any reason.
Continue Shopping
available for download only
Share to Google +1

Tracks

Available as MP3, MP3 320, and FLAC files.

To listen to tracks you will need to either update your browser to a recent version or update your Flash plugin.

Sorry, there has been a problem playing the clip.

  song title
share
time
download
1. Lumumba
Share this song!
X
4:16 $1.29
preview all songs

ABOUT THIS ALBUM


Album Notes
LUMUMBA

Lyrics : Anne-Sophie Delft and Jean-Rene Djamba
Music : Maurice Poto
Vocal and backing vocal: Anne-Sophie Delft and Jean-Rene Djamba

L’homme est né, a posé son pied en toute dignité,
sur sa Terre Mère,
il prie au nom du Père
que son peuple congolais puisse vivre en toute liberté
Africa,
la voix de Patrice Lumumba respire ton aura
Il parle ta beauté et protège ta richesse
Au nom des siens, il porte la parole haute et sans faiblesses
A savoir, la faiblesse de la force, est de ne croire qu’à la force
Mais ce défaut est défectueux et l’on ne serait le corriger
(Inscrit dans l’écorce)
Ainsi l’armé, forcé, colonisé en a profité
D’une bonne poignée salie et détournée par la Royauté,
Belges,
tu n’es pas coupable de ce crime,
juste victime du complot capitaliste qui s'envenime,
victime du pouvoir de la presse qui t’enfonce dans une abîme,
victime et pris au piège,
je te jette la pierre,
précieuse était son ambition
a quoi bon, tuer l’homme bon !
à quoi bon ces envies sombres,
à quand le chant de l’unisson,

Te souviens-tu de la mauvaise mine du Katanga,
quand l’amour était traduite comme un simple attentat,
la douleur d’être heureux, le plaisir de tuer,
la lâcheté d’emprunter sans jamais restituer.
Tu ne te souviens pas? c’est normal tu es né trente ans plus tard,
tu disputes ta liberté avec d’autres enfants du parc,
loin du sang dans le butane, du son de l’ange qui passe,
quand le peuple …veut que sa puissance fonde une masse...
puis de nos jours il y a des blancs qui sont plus black,
si cette chanson surpasse
l’émotion c’est qu’un fantôme laisse ses cendres en surface.
(Lumumba)… ça doit être dur d’être une légende endurable,
Oser prendre le micro, le prouver aux enfants du rap,
même aux enfants du mal lors de la sentence finale,
si tu entends le signal de l’indépendance suis là,
au nom de Lumumba, à son audace devant toutes les nations,
que son histoire traverse le temps, influence les génération,

Toujours ces mots qui blessent
L’Histoire se répète sans cesse
On cherche la sortie de secours
Dans ce bas monde de vautours
2x

Tu n’es pas mort ce jour-là, tu vis dans nos mémoires,
dans cette lutte qui unie aujourd’hui blanc et noir,
dans nos chants d’espoir ton nom danse en silence,
si l’indépendance prend son sens, ton ange qui le finance.
Loin de tes bourreaux victime de l’appât du gain,
A gambader dans l’orgueil comme la chèvre de monsieur seguin,
Que les enfants prennent source à la fontaine,
Hier, voici qu’on te tue, demain voilà qu’on t’aime.
Les prophètes d’Allah comprennent que la sagesse n’est pas concrète,
Nous, nous comprenons à peine donc faut pas qu’on traîne,
On n’dira pas le contraire, la liberté ta emporté sous son aile

Toujours ces mots qui blessent
L’Histoire se répète sans cesse
On cherche la sortie de secours
Dans ce as monde de vautours

Je protège ma Cour, j’écoute les discours
Des Hommes qui portent l’Amour
J’ose, je porte une rose
Envers ces Hommes de Prose


Reviews


to write a review